Porto-Vecchio

La citadelle Génoise

Située sur la côte Sud-Est de la Corse, la ville de Porto-Vecchio est une station balnéaire accessible en environ 35 minutes en scooter depuis Bonifacio.

 

La « cité du sel » est hautement réputée pour les plages qui l'environnent (Cala Rossa, Palombaggia, Santa Giulia...), la cité génoise possède des marais salants d'une dizaine d'hectares aujourd'hui à l'abandon.

 

La situation géographique du port de Porto-Vecchio fût un endroit excellent pour se cacher notamment pour les fustes des corsaires, d’ailleurs la région a eu beaucoup à souffrir des incursions de ces derniers. C’est pour préserver la sécurité des colons habitant sur les plaines qui étaient constamment menacées par des incursions barbaresques (notamment celles du pirate turc Dragut) et pour leur fermer cet asile que l’Office de Saint Georges décida en 1540 de bâtir une ville forteresse qu’il peupla lui-même.

 

L’insécurité, le peu de rendement des terres cultivables et la malaria, auront raison de la plupart des colons qui abandonneront les lieux. De 1540 à 1589, la ville sera détruite quatre fois (1546, 1564, 1579 et 1589). Mais à chaque fois, Gênes rebâtit la Citadelle sur ses rocs de porphyre.

 

De 1553 à 1559, elle sera occupée par la France et rasée par les troupes de Sampiero Corso en 1564.

 

En 1578, elle prend le nom de Vintimiglia La Nova avec la venue de 900 colons de Vintimiglia qui seront décimés en 1581 par le paludisme.

 

Porto-Vecchio renaît, en 1578, avec les colons génois. Mais ils sont trop peu nombreux à l’abri de leur citadelle et des Tours voisines de San Cyprien, du Benedettu, de la Chiappa et de la Punta Cerbicale.

 

La République de Gênes finit par céder l’île à la France en 1768. Un an plus tard, les troupes du Roi Louis XV prennent possession du « Bastion de France » ainsi rebaptisé et s’installent sur un espace fortifié de 3 hectares.